Visul anniversaire
No 685

JUILLET - AOÛT 2020




Illus

OLÉ ! A VU

NATHALIE GRANGIS
UNE ARTISTE À SUIVRE...
Le fait de la qualifier ainsi n'a rien à voir avec la manifestation du même nom qui se déroule dans la haute-vallée de l'Aude et me laisse on ne peut plus dubitatif. Il y a tant à boire et à manger dans ces mélanges de genre bien souvent de circonstance, et pour moi petit chroniqueur, il y a beaucoup trop de révolutionnaires, de radicaux, bref de sachants qui nous disent ce qu'il est bon de penser.
Aujourd'hui tous les artistes, producteurs d'art réputés tels, sont des contestataires, tous sont si atteints de radicalisme, qu'il semblerait que la révolution soit à nos portes. Hélas la critique comme nécessité absolue sur une œuvre n'est rien car c'est oublier que dans l'art tout est politique, du pompier le plus consensuel au transgressif le plus total. Vouloir se servir de l'art pour changer un système, c'est tirer sur celui-ci avec un pistolet à bouchon, et c'est oublier que l'écriture artistique ne peut être révolutionnaire, elle est juste là pour nous proposer une autre façon de voir le monde et c'est déjà beaucoup.
« Quelque chose que l'on croirait impossible à rattraper semble désormais courir devant les hommes. Ce n'est pas plus leur avenir que leur présent, ce sont leurs rêves qui leur échappent. Et tout ce passe comme si on ne savait plus ni saisir, ni dire, ni penser l'écart qui se creuse de plus en plus entre ce que nous vivons et les discours censés en rendre compte. Au point que la critique sociale si rigoureuse soit-elle, finit par être une musique d'accompagnement, sans aucune efficience, réduite à donner bonne conscience à ceux qui la partagent. Depuis le temps que la crise est devenue le sujet de tous les débats, on dirait même que la multiplicité des approches critiques fait le jeu de la domination. » Annie Le Brun

Pour comprendre dans quels réduits on maintient la critique culturelle, écoutez un jour Mathilde Serrell, critique artistique sur France Culture, qui chaque matin vient nous délivrer un prêt-à-penser sur l'art, un regard se voulant décalé, mais qui vient comme le dit si bien madame Le Brun faire le jeu de la domination. Oui, cette radicalité de salon, cette transgression a quelque chose d'obscène qui permet d'agrandir les collections des grands bourgeois. C'est ainsi que « l'époque se terrifie elle-même en s'admirant pour ce qu'elle est ». Décidément ça n'avance pas. Et pour ceux qui douteraient ce que j'écris, écoutez le lénifiant Arnaud Laporte, qui du haut de son fauteuil très parisien, nous débite chaque jour sa pensée très contemporaine qui sous prétexte de modernité est on ne plus vide de sens.

Heureusement, dans le monde de la surproduction artistique arrive Nathalie Grangis ; voilà quelqu'un qui propose, et c'est déjà pas si mal.
Ses productions ont cette chose rare dans l'art actuel, c'est qu'elles créent du débat, non pas en prenant position, mais plutôt en posant son regard et en nous montrant où il faut voir. Ainsi j'ai bien l'impression qu'elle est une des rares artistes échappant à la critique d'Annie Le Brun. Son regard sur les friches par exemple est autrement plus fort que tous les salmigondis et les danses du ventre des écologistes patentés. Dans ce « on fait quoi, » qui est sous-tendu dans ses œuvres, il n'y a pas de prise de pouvoir, de culpabilisation ; juste un constat qui ouvre à la discussion. Les mains dans le cambouis, comme toujours, elle propose de la réflexion, de l’échange. Ainsi, elle remet au goût du jour ce que tout artiste devrait intégrer avant toute chose: l'art ne se définit par sa valeur marchande, mais par sa valeur d'échange. Demandez-lui le prix de ses bâches et vous comprendrez mieux ce que je veux dire. A trop souvent oublier cette valeur cartésienne, celle de l'échange, les artistes se complaisent comme les fous du roi, dans des cours que l'on appelle pompeusement fondations, où ce qui y sont se protègent de ceux qui veulent y entrer.
Je n'irai pas par quatre chemins ; Nathalie Grangis est une personne de qualité comme on en rencontre peu de nos jours. Une artiste qui s'engage, mais non engagée, la différence n'est pas que sémantique. De nos jours, pas un artiste qui ne soit écologiste, qui ne soit pas contre le populisme, pour l'accueil des migrants. Bref nous sommes entourés d'une génération d'artistes engagés, mais fort peu qui s'engagent. Et c'est ce qui explique pourquoi n'y a pas de révolution. Il y a fort longtemps que le Comité Invisible a répondu dans « Maintenant » à cette question. Pour mémoire ce fut un des seuls groupes d'intellectuels à prévoir l'insurrection des Gilets Jaunes, dans leur opus « l'insurrection qui vient ». Une femme capable de citer Daniel Arrasse et Annie Le Brun ne peut être qu'une personne de qualité. Le mettre en œuvre est quelque chose de bien plus difficile à faire, et pourtant je trouve qu'elle y parvient très bien. Nathalie Grangis nous parle de l'écologie des vieux, du temps où même le mot n'existait pas. Les paysans respectaient la nature, le bio était encore à inventer. Un peu comme dans la chanson de Ferat, « La montagne », elle revisite ce qu'était la nature avant que les pragmatistes de tous bords transforment l'agriculture en un immense complexe agro-industriel. Aujourd'hui grâce à eux la catastrophe est là, et plus rien ne pourra l’arrêter. A la manière de Paul Virilio, un grand penseur de cette théorie, elle reprend ce mythe, et en sous-texte pose une question simple qui ouvre le débat. « On fait quoi pour sortir de cette merde ?»  De nos jours ils sont légions à nous proposer le retour à la nature, mais pas un mot sur l'exploitation de l'homme par l'homme, le béaba de l'écologie. Sauver la planète d'accord, mais toujours garder le système qui enrichit les plus riches et déshérite les plus pauvres.
Le néolibéralisme est mortifère, son oxygène est la croissance immodérée. Si l'on ne change pas radicalement de paradigme, il conduira le monde à sa perte. Tel le Léviathan il nous dévore sans coup férir, après nous avoir asservis, et intellectuellement asséchés. Il nous conduit à coup sûr vers la disparition prématurée de tout ce qui vit sur notre belle planète bleue. Pas de problème le paradis est assez grand pour tous nous accueillir !!! Et en guise de Saint Pierre, Nicolas Grelot et Pierre Raby seront là pour nous envoyer au purgatoire où en enfer si l'on est sorti des clous libéraux !
Mais qu'on ne s'y trompe pas, cette artiste est loin d'être passéiste. Parler du passé ne veut pas dire être passéiste. Elle travaille avec les matériaux d'aujourd'hui, et si son regard est empreint de violence, elle sait que nous devrons poursuivre et continuer à nous interroger.
Les situationnistes avaient déjà depuis longtemps diagnostiqué la mort de l'art. Il n'y a qu'à se plonger dans l'art contemporain pour voir que cette prédiction s'est réalisée bien au-delà de leurs critiques. Entre les pseudos- artistes qui confondent engagement et transgression, entre les écolos à la petite semaine et les dénonciateurs du système dont leur rêve absolu est de s'y faire une place, il ne reste que peu d'artiste avec des préoccupations d'artistes.
En son temps nous écrivions sur les murs de nos histoires :
« Etes-vous conscients de votre rôle d'artiste ? » Aujourd'hui peu se posent cette question, mais c'est avec plaisir qu'on peut en compter encore quelques uns, et Nathalie Grangis en fait partie. Il y a longtemps qu'elle envoyé aux poubelles de l'histoire la valeur marchande de l'art, pour la valeur d'échange.
A Paraza, comme dans une salle de conférence, cette artiste vous proposera une rencontre ouverte autour de ses œuvres et de ses pensées. Alors les réflexions et les débats pourront enfin commencer.

Jomy Cuadrado


OLÉ ! A VU

OLÉ ! A VU

La Peau, Saison 11 Été 2020, à Images.Ventenac

OLÉ ! A VU

Jacques Sauvard à la galerie Sophie Julien

OLÉ ! A VU

4 à 4 & Patrice Palacio à Sète

OLÉ ! A VU

UNA de Lydie Fuerte à Narbonne

OLÉ ! A VU

Marcel Gromaire à Sète

OLÉ ! A VU

100 ans d'art belge à Lodève

OLÉ ! A VU

Izïa Higelin à Sérignan

OLÉ ! A VU

Jean-Louis Murat à Sérignan

OLÉ ! A VU

à Oupia Serge Griggio

OLÉ ! A VU

Les croqueurs d'étoiles à Montolieu

OLÉ ! A VU

Musée Fabre - Montpellier Vincent Bioulès

OLÉ ! A VU

La Part Modeste MIAM - Sète

OLÉ ! A VU

Festival de poésie André Velter

OLÉ ! A VU

Une artiste à suivre... Nathalie Grangis

OLÉ ! A VU

Des villes… à la campagne Image/Ventenac

OLÉ ! A VU

expositions et œuvres d'art Canal

OLÉ ! A VU

Les Abattoirs à Toulouse Picasso et l'exil

OLÉ ! A VU

Une Biterroise à Istres (13) Zineb Guérout

OLÉ ! A VU

La poésie avec un grand A !!! Abad et anbart

OLÉ ! A VU

Vies d'artistes Ibéria et Lanoé

OLÉ ! A VU

Loïc Trévelot et Claude Parent Saura à Narbonne

OLÉ ! A VU

La Nature et la Mer Gilbert Corbières

OLÉ ! A VU

Une nouvelle expérience esthétique Patricia Stheeman

OLÉ ! A VU

En toute affinité Abad et anbart

OLÉ ! A VU

une voix soul embrase la Cigalière à Sérignan Kimberose

OLÉ ! A VU

Le chant de Rimbaud à sortieOuest Béziers

OLÉ ! A VU

N° Uman (ou Manu) dans son atelier

OLÉ ! A VU

Artistes en Campagne

OLÉ ! A VU

Une soirée incandescente Feu! Chatterton

OLÉ ! A VU

Peinture et poésie Musée Paul Valéry - Sète

OLÉ ! A VU

Faune, fais-moi peur ! Musée de Lodève

OLÉ ! A VU

1918 1968 2018 Quelles utopies ?

OLÉ ! A VU

Un voyage en quête de Graal

OLÉ ! A VU

Vers le ciel

OLÉ ! A VU

Escampéta, rencontres culturelles

OLÉ ! A VU

A propos de la peinture allemande Waltraud Zugmaier

OLÉ ! A VU

Peinture et poésie Musée Paul Valéry - Sète

OLÉ ! A VU

Ce n'est que moi Hommage à Pierrette Bloch

OLÉ ! A VU

Photographie à l'Affenage Samblanet et Perrot

OLÉ ! A VU

Galerie Latuvu Fik Van Gestel

OLÉ ! A VU

De l'étang à la vigne Thierry Augé & Benoît Huppé

OLÉ ! A VU

EVASIONS, l'art sans liberté MIAM

OLÉ ! A VU

De l'étang à la vigne Thierry Augé & Benoît Huppé

OLÉ ! A VU

Le bruit Lionel Laussedat

OLÉ ! A VU

Un voyage en quête de Graal

OLÉ ! A VU

Lisa Simone, pas seulement une belle héritière

OLÉ ! A VU

EVASIONS, l'art sans liberté MIAM

OLÉ ! A VU

4 à 4 Musée Paul Valéry

OLÉ ! A VU

Paysages aigus à l'HP Sylvie Hansmann

OLÉ ! A VU

4 à 4 Musée Paul Valéry

OLÉ ! A VU

Demande à la poussière Sylvain Fraysse

OLÉ ! A VU

Théâtre Na Loba La Canaille

OLÉ ! A VU

Good Rodolphe Burger à sortieOuest

OLÉ ! A VU

Todo mundo

OLÉ ! A VU

Musée des Beaux-Arts de Carcassonne Jacques Gamelin

OLÉ ! A VU

A ciel ouvert Serge Griggio

OLÉ ! A VU

Galerie l’Affenage Catherine Oulanier

OLÉ ! A VU

Le Musée Rigaud à Perpignan

OLÉ ! A VU

images.Ventenac Absalon & Rivet Cie

OLÉ ! A VU

Expo à La Mouche Tania Mouraud

OLÉ ! A VU

Pamphyle Galerie de la Cabrerisse

OLÉ ! A VU

André Marfaing Musées des Beaux Arts

OLÉ ! A VU

Elia Pagliarino La Mouche - Béziers

OLÉ ! A VU

KINTSUGI

OLÉ ! A VU

L.A.C Sigean - Que du papier III Desplats & Huguenin

OLÉ ! A VU

J'écris comme on se venge 

OLÉ ! A VU

Galerie Sophie Julien anbart

OLÉ ! A VU

Maison des Arts - Bages Nele Boudry

OLÉ ! A VU

Carnets et croquis de guerre Adrien Ouvrier

OLÉ ! A VU

Marie Madeleine, la passion révélée

OLÉ ! A VU

Georges & moi Alexis HK

OLÉ ! A VU

Emily Loizeau La Cigalière - Sérignan

OLÉ ! A VU

Trintignant / Mille / Piazzolla Théâtre - Béziers

OLÉ ! A VU

Dialogue d'un chien... sortieOuest

OLÉ ! A VU

Jérémy Ferrari

OLÉ ! A VU

“Papiers !” Galerie Sophie Julien

OLÉ ! A VU

L’île aux esclaves oubliés Tromelin

OLÉ ! A VU

Royaumes de l'enfance Estelle Contamin

OLÉ ! A VU

La croisée des arts Camille Sol

OLÉ ! A VU

Philippe Deltour

OLÉ ! A VU

Yatra Théâtre Molière Séte

OLÉ ! A VU

Carcassonne Carnets d’artistes

OLÉ ! A VU

Théâtre + Cinéma Lisa Simone

OLÉ ! A VU

L'artiste est-il un chamane ? Exposition collective

OLÉ ! A VU

Festival Les Bulles sonores

OLÉ ! A VU

Un soir au dB Les Inoucents

OLÉ ! A VU

Une perle noire à La Cigalière Faada Freddy

OLÉ ! A VU

Persistance et impermanence Pallaro & Costes

OLÉ ! A VU

Les Shadoks au MIAM Jacques Rouxel

OLÉ ! A VU

Clôtures et frontières La très belle saison d’ “Images” à Ventenac

OLÉ ! A VU

Genetica, la beauté de l'humaine solitude Josep, Laura, et Pep Bofill

OLÉ ! A VU

Festival de Carcassonne 2016 Ibrahim Maalouf

OLÉ ! A VU

Hameau du L.A.C El Camino

OLÉ ! A VU

Mattia Bonetti Musée des beaux-arts de Carcassonne

OLÉ ! A VU

Le lien qui unit les artistes Canal du Midi

Visul anniversaire

CONTACTEZ OLÉ !

SERVICE COMMERCIAL
06 30 48 35 26
contact@ole-mag.com

VOS INFOS
ole.mag@wanadoo.fr

EDITION
AGENCE AOC 34500 Béziers
06 30 48 35 26
direction@aoc-agence.com

L'ÉQUIPE D'OLÉ !

DIRECTION DE LA PUBLICATION
Evelyne Virmont

RÉDACTION
Line Golano, Jomy Cuadrado, Rémy Soual, Thierry Aragon (ARE pb), Evelyne Virmont, Barbara Christol, Jordan Saïsset et la Còla del CIRDÒC

MAQUETTISTE
Line Golano



Copyright © Olé ! magazine 2016 - 2020 - Mentions légales - Administration

Bleu Anthracite